MARIE TOUJOURS VIERGE.. C'EST FAUX !

 

 

Jésus avait des frères et des sœurs qui n'étaient ni ses cousins, ni ses frères dans la foi, ni les fils d'un précédent mariage de Joseph.

 

 

L'église romaine prétend que la mère de Jésus resta vierge:

 

Acte de contrition: " Je confesse à Dieu tout-puissant, à la bienheureuse Marie toujours vierge,.. "

Litanies de la Sainte Vierge: ".. Sainte Marie, priez pour nous.. mère toujours vierge,.. reine des vierges,.. " (*)

 

(*) Catéchisme du diocèse de Lyon, publié par ordre du 15.8.1919 de S.E. le cardinal Maurin (édit. Vitte à Lyon).

 

Le dogme étant immuable ce qui était vrai en 1919 doit l'être aujourd'hui.

 

".. la vierge Marie.. (cf: les multiples déclarations du pape Jean-Paul II)

 

Contrairement à ce qu'affirme l'église romaine, Dieu ne fut pas injuste envers Joseph et Marie, et Jésus eut des frères et des sœurs.

 

Le mot frère a la particularité de pouvoir s'appliquer à celui qui a les mêmes parents, comme à celui qui a la même ascendance ou la même race. Le mot s'étend aussi à l'allié, au disciple, au coreligionnaire, à l'ami proche et finalement à tous si l'on se réfère à la fraternité de la descendance humaine.

 

Grâce aux extensions possibles du mot, l'église romaine a pu faire croire (à ceux qui ne vérifiaient pas ce qu'on leur enseignait) que les frères de Jésus étaient, sinon ses disciples, du moins ses cousins ou bien les fils d'un premier mariage de Joseph.

 

La vérité est toute autre.

 

L'ange qui apparut à Joseph ne lui imposa pas le célibat mais un temps de continence limité à la naissance de Jésus.

 

Mt 1:24-25 " Joseph s'étant réveillé fit ce que l'ange du Seigneur lui avait ordonné, et il prit sa femme avec lui. Mais il ne la connut point jusqu'à ce qu'elle ait enfanté un fils, auquel il donna le nom de Jésus."

 

Cette limite: "jusqu'à ce que" indique clairement qu'après la naissance de Jésus, Joseph devint réellement l'époux de Marie, ce que vérifie la suite de l'Ecriture.

 

Le grec (langue dans laquelle furent rédigés les évangiles) utilise deux mots distincts pour désigner le premier fils d'une femme:

 

* "monogénês"   pour préciser que le fils est resté unique,

* "prôtotokon"  pour préciser que le fils est le premier-né

                c'est-à-dire l'aîné des autres.

 

Dans l'évangile de Luc qui, connaissait Marie, c'est le mot prôtotokon (aîné des autres) qui est utilisé indiquant ainsi sans ambiguïté que Marie eut d'autres enfants que Jésus.

 

Lu 2:6-7 ".. le temps ou Marie devait accoucher arriva, et elle enfanta son fils premier-né (prôtotokon dans le texte grec original du Vaticanus 1209).. "

 

 

La version Chouraqui donne avec précision le sens du mot grec utilisé:

 

Lu 2:6-7 (vCh) " Les jours de son enfantement se remplissent. Elle enfante son fils, son aîné.. "

 

A lui seul ce passage suffit à démentir l'affirmation, par l'église romaine, de la virginité permanente de Marie. Mais en voici d'autres:

 

Comme pour "fils unique" et "fils aîné" le grec a deux mots pour distinguer les frères des cousins:

 

* "adélphoi"  pour désigner les frères de mêmes parents,

* "anépsios"  pour désigner les cousins.

 

Dans l'évangile de Matthieu, comme dans celui de Marc, c'est le mot adélphoi (frère de mêmes parents) qui est utilisé, confirmant ainsi que ceux qui sont cités nominativement (et donc bien connus) des habitants de Nazareth sont les frères de Jésus et non pas ses cousins.

 

Mt 13:55-56 " N'est-ce pas le fils du charpentier ? n'est-ce pas Marie qui est sa mère? Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont-ils pas ses frères? (adélphoi dans le texte grec original du Vaticanus 1209) et ses sœurs (il en avait donc plusieurs) ne sont-elles pas toutes parmi nous? D'où lui viennent donc toutes ces choses? "

 

Les mots employés par les gens de Nazareth témoignent que leur surprise venait du fait que Jésus était complètement différent de ses frères et sœurs, qui vivaient au milieu d'eux, et qu'ils ne pouvaient confondre avec ses cousins.

 

Pour préserver son enseignement, l'église romaine, profitant des extensions possibles du mot frère, tenta de présenter les frères charnels de Jésus comme étant ses frères dans la foi.

 

Cette supercherie ne résiste pas à l'examen des textes pour deux raisons:

La première c'est que les frères charnels de Jésus ne partageaient pas sa doctrine et le déclaraient publiquement hors de sens (fou).

 

Jn 7:5 " Car ses frères non plus ne croyaient pas en lui."

 

Mc 3:21 " Les parents de Jésus, ayant appris ce qui se passait, vinrent pour se saisir de lui; car ils disaient: Il est hors de sens (fou)."

 

La seconde c'est que l'amalgame entre "frères" charnels et "frères" disciples est démenti par Jésus lui-même lorsqu'il fait la nette différence entre ses frères, qui viennent avec sa mère, et les disciples qui sont avec lui.

 

lu 8:19-21 " La mère et les frères (adélphoi dans le texte grec original du Vaticanus 1209) de Jésus vinrent le trouver; mais ils ne purent l'aborder, à cause de la foule. On lui dit: Ta mère et tes frères sont dehors, et ils désirent te voir. Mais il répondit: Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la mettent en pratique."

 

Si Jésus sépare distinctement ses frères charnels et ses frères dans la foi qui peut prétendre que ce sont les mêmes?

 

Faut-il rappeler que certains de ses frères charnels ne se joindront aux disciples qu'après sa mort.

 

Ac 1:14-15 " Tous d'un commun accord persévéraient dans la prière, avec les femmes, et Marie, mère de Jésus, et avec les frères (adélphoi) de Jésus."

 

Comme les précédents ces passages vérifient que Marie avait d'autres enfants que Jésus, "son aîné", et démentent l'affirmation, par l'église romaine, de sa permanente virginité.

Faute de pouvoir créer le doute (sauf pour les aveugles qui tomberont dans la fosse avec ceux qui les conduisent) Rome tenta une ultime diversion en laissant croire que les frères de Jésus (car on ne parle jamais des sœurs) étaient les fils d'un premier mariage de Joseph.

Cette hypothèse (sans appui scripturaire) s'écroule d'elle-même à l'analyse des textes puisque Joseph n'aurait pu, dans ce cas, aller au temple avec Marie pour offrir le sacrifice de substitution des premiers-nés, ce qu'il fit pour Jésus.

 

Lu 2:22-24 ".. Joseph et Marie le portèrent à Jérusalem, pour le présenter au Seigneur,.. et pour offrir en sacrifice, deux tourterelles ou deux jeunes pigeons, comme cela est prescrit dans la loi du Seigneur."

 

La vérité s'établit donc. Mais, comme pour le suaire, les polémiques continueront jusqu'à la fin,  jusqu'à la destruction du mensonge et des menteurs.

 

 

edlyinev

 

 

Ps. Sur la fiche « OVNIS : Les lumières du maître de la terre «  nous précisons que l’entité vue par Bernadette Soubirous à Lourdes était vêtue comme la déesse égyptienne Isis d’un manteau bleu constellé d’étoiles et qu’à la fin de sa vie, dans ses dernières lettres, elle doutait d’avoir réellement vue la mère du Christ.

 

 

> Copiez / coller pour envoyer cette page

> Retourner a la liste 

> Imprimer cette page