L’ ARCHE DE NOE

 

 

 

L’ Existence de l’Arche de Noé est incontestable même si nombreux sont ceux qui  prétendent que c’est une légende (1).

 

 

 

 

Coupe schématique du sommet du Grand Ararat. Le point culminant du volcan est formé par un cumulo-dôme bouchant le cratère supérieur. Un cratère adventif, formé sur la face Nord-Ouest, présente une immense cuvette dans laquelle s’enfonce un glacier. A travers l’épaisseur de la glace cristalline, se distingue nettement, sur le fond du cratère, la forme sombre d’une gigantesque épave qui bute contre la falaise.

 

 

En 1966 notre ami Pierre Henri Dumas avait atteint le bord du cratère ou se trouve l’Arche. La tempête l’a obligé à redescendre sans avoir pu l’explorer (elle est sous 10 mètres de glace en mauvaise saison).

 

Après étude minutieuse du texte biblique il avait découvert que le vaisseau, qui à un moment donné flottait au-dessus du massif de l’Ararat, avait du au fur et à mesure de la baisse des eaux, s’enfoncer dans une cuvette (en l’occurrence la caldeira Smith)  et disparaître ainsi à la vue de tous les observateurs du massif.

 

Ge 8 :4 « ..l’arche s’arrêta sur les montagnes d’Ararat… le dixième mois, le premier jour du mois, apparurent les sommets des montagnes.. »

 

Cette hypothèse lui fut confirmée lors d’une rencontre avec Fernand Navarra   le « découvreur » de l’arche.  (9) 

 

 

Voici comment Pierre Henri Dumas imagine le déroulement des évènements.

 

«  Entre dans l’arche avec ta famille, car dans sept jours l’océan céleste (2) s’abattra sur la terre ». Ainsi l’épreuve s’achevait ! Durant des années le patriarche et ses enfants s’étaient démenés, sous les injures et les quolibets de la foule, pour construire cet énorme bâtiment de chêne ; Trois niveaux, mais aussi haut qu’un immeuble de quatre étages, sur 23 mètres de large et 137 mètres de long. Des stocks de nourriture étaient à l’intérieur, et maintenant se présentaient, pour y pénétrer, les couples d’animaux que Dieu lui-même avait choisis (3), tous spécifiques d’une espèce qui pourrait se diversifier par la suite. La porte restait ouverte, mais aucune personne ne voulut entrer avec Noé et sa famille.

 

Tout le monde était maintenant à bord. Et soudain, les huit passagers comme les centaines d’animaux se sentaient alourdis et tirés au sol, avec beaucoup de peine à marcher ; Au même moment, comme Dieu l’avait annoncé, des torrents d’eau tombaient du ciel ; Car, en un instant, et de manière intangible, la Tout-puissant a presque doublé la pesanteur terrestre. Et l’immense voûte d’eau  qui tempérait les climats (4) s’est alors effondrée, noyant toute la surface du globe, et brisant tout l’équilibre des plaques tectoniques. Serrées l’une contre l’autre, celles-ci se chevauchaient, et commençaient à basculer.

 

  Après quarante jours les trombes d’eau s’arrêtaient enfin. Un nouvel équilibre s’était établi dans l’atmosphère. Mais toute son eau recouvrait maintenant le sol, et l’arche flottait sur une étendue submergeant la terre entière. Tandis que, doucement, les plateaux sédimentaires basculaient, comme ceux d’une balance, pour creuser les fond marins engloutissant les eaux, et pour soulever les continents. Il fallait donc attendre que ceux-ci apparaissent.

Cinq mois passèrent ainsi lorsque, soudain, le vaisseau heurtait une masse, arrêtant sa dérive. Un dôme d’ocre se soulevait doucement, et le bateau glissait contre cette boue d’argile ; Mais rien en vue à l’horizon ! Et puis, après encore dix semaines, apparurent enfin, bien loin, des sommets de montagne ; L’eau baissait doucement ! Mais un jour l’arche serait bien au fond de la vallée…

 

Ah non ! ce matin-là on ne voyait plus rien ! Un grand cercle de boue entourait le vaisseau ! Au milieu d’un lac, d’au moins 600 mètres de diamètre ; il était cerné par un mur d’argile, qui lui barrait la vue tout autour. C’était la lèvre supérieure d’un cratère de volcan dans lequel le vaisseau poursuivait sa descente.

 

Maintenant le bateau était arrêté au fond du cratère, mais avec de la boue tout autour. Et comment savoir où en était la décrue ? Noé lâcha des oiseaux pour voir leur comportement ; Et quand la colombe revint avec un rameau d’olivier, il était très réconforté ! Ca y est ! l’inondation était terminée ! Et ça faisait dix mois qu’elle avait commencée.

 

Mais il faudra attendre encore deux mois pour que ces trois mètres d’argile, qu’on retrouve sur toute la planète, aient suffisamment durci pour qu’on puisse marcher dessus sans s’enfoncer. Et c’est Dieu qui leva l’incertitude et dit à Noé qu’il pouvait enfin quitter l’arche et descendre avec les animaux dans la vallée ; Alors, après une année à bord, tout le nouveau monde abandonnait le refuge du salut, pour repartir sur une terre nouvelle, toute bouleversée et avec des conditions de vie bien différentes (5).

 

Actuellement enfermée dans la masse du glacier descendant du dôme Parrot l’arche  est pressée, avec puissance, contre la falaise bordant la caldéra et l’avant (ou l’arrière) du navire se disloque sous l’effet de l’énorme pression qui fait remonter vers la surface quelques membrures (6) ce qui permis à Fernand Navarra d’en rapporter en 1958 et 1969.        

 

 

Plus de 4300 ans se sont écoulés depuis.  Et, même si personne n’y croit, l’arche est toujours conservée au fond de son lac gelé, du grand Ararat, en témoignage pour l’avenir de ce monde. Car, par l’état d’esprit des hommes, de plus en plus égoïstes et méchants, les conditions de vie n’ont cessé de se dégrader. Alors le temps arrive où, comme il nous l’a promis, Jésus va revenir avec ses myriades d’anges (par nature extraterrestres) pour mettre un terme à la corruption qui atteint toute l’humanité, et qui a ravagé la planète. Le temps arrive où il va séparer le bon grain de l’ivraie, pour brûler celle-ci par le feu (7), en même temps que tout ce modernisme qui ravage la nature ; Le temps arrive où il va régénérer notre globe pour y rétablir les conditions idéales d’avant le déluge, afin de donner la Vie éternelle à ceux des humains choisis individuellement, parce qu’ils partagent, avec lui, l’Esprit de son Père.

 

D’ici peu, la pesanteur terrestre va donc soudain diminuer pour reprendre sa valeur du passé, et toute la nature retrouver sa légèreté. Alors notre globe comprimé va spontanément se détendre, et sa surface éclater. Les volcans vont jaillir comme des feux d’artifice, et toutes les mers vont bouillir pour rendre son eau à l’atmosphère.

 

Heureux serez-vous si, avec toute l’Eglise du Christ (le peuple qui va naître en un jour (8) vous êtes alors emmené par Jésus sur les nuées du ciel observer ce spectacle, avant d’être présenté à Dieu le Père, pour revenir ensuite gérer la nouvelle terre, toute neuve, avec un corps et un Esprit tout neuf aussi.  

 

 

edlyinev

 

 

NOTES ANNEXES de la fiche : L’ ARCHE DE NOE.

 

(1)

 

Coupons tout de suite les ailes aux deux arguments les plus utilisés pour nier l’existence du cataclysme.

 

Le premier prétend que la légende de Gilgamesh inspira le récit du déluge. Cet argument ne tient pas la route car il lui postérieur et non antérieur. Le récit de Gilgamesh fait mention de la pluie et même du dieu de la pluie alors que le récit biblique précise qu’ il ne pleuvait pas avant que Noé monte dans l’arche.

Pour plus de détails consultez la fiche : AVANT OU APRES LE DELUGE.

 

Le second fut utilisé il y a quelques années par un académicien, bon conteur, mais ne sachant pas compter. Lors d’une émission de télévision, où il avait invité Fernand Navarra, il avait conclu que le déluge n’avait pu exister car il était impossible que l’eau puisse submerger le sommet de l’Ararat (5161 mètres) sans être « éjectée » dans l’espace (ce qui est intrinsèquement vrai). Mais ce conteur ignorait  que le massif anatolien s’élève de façon plus ou moins régulière chaque année, qu’on y a trouvé des fossiles de poissons marins à haute altitude et que le changement de pesanteur terrestre à fait plonger des plaques tectoniques  vers l’abîme tandis qu’elle en soulevait d’autres. L’Ararat de l’époque de Noé ne culminait pas aussi haut qu’aujourd’hui.

 

(2)

 

Conformément à l'annonce du rétablissement de toutes choses (c'est-à-dire du retour aux conditions du paradis terrestre cf: Ac 3:21) la terre, après le Déluge de feu, redeviendra la planète protégée qu'elle était avant le Déluge d'eau, lorsqu'il ne pleuvait pas.

 

Le cycle météorologique actuel (évaporation, nuages, pluie) résulte de l'action du soleil qui provoque l'évaporation de l'eau de surface des océans. Si à l'origine, comme le dit l'Ecriture, il ne pleuvait pas, il est facile d'en déduire que quelque chose protégeait la terre de l'action directe du soleil et que ce ne pouvait être qu'une voûte d'eau seule capable de produire l'abondante rosée signalée par la Bible.

 

Ge 2:5 ".. L' Eternel Dieu n'avait pas fait pleuvoir sur la terre,.."

 

Ge 2:6 ".. une vapeur s'éleva de la terre, et arrosa toute la surface du sol."

 

L'existence de cette voûte d'eau découle de deux passages de la Genèse qui disent que les eaux furent séparées en deux (celle du dessus des cieux et celle du dessous) et que lors du déluge les écluses du ciel s'ouvrirent ce qui signifie que la force qui retenait l'eau du dessus du ciel disparut.

 

Ge 1:6-7 " Dieu dit: Qu'il y ait une étendue entre les eaux.. Et Dieu fit l'étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l'étendue d'avec les eaux qui sont au-dessus de l'étendue.. Dieu appela l'étendue ciel,.."

 

Ge 7:11 ".. toutes les sources du grand abîme jaillirent (les fonds marins se soulevèrent faisant déborder les mers sur les terres), et les écluses du ciel s'ouvrirent."

 

En s'effondrant, la voûte d'eau, alliée au débordement maritime submergea les sommets d'alors qui ne culminaient pas aussi haut qu'aujourd'hui puisque, comme l'Ararat, les plus hauts massifs s'élèvent constamment d'une hauteur plus ou moins régulière chaque année.

 

La voûte d'eau disparue, le soleil pouvait agir avec force. L'évaporation de l'eau fut alors suffisante pour amorcer le cycle que nous connaissons aujourd'hui et qui, pour la première fois, fit apparaître l'arc en ciel.

 

Ge 9:14 " Quand j'aurai rassemblé des nuages au-dessus de la terre, l'arc paraîtra dans la nue;.. "

 

(3)

 

Les animaux qui, sur ordre du Créateur, se sont présentés à l’embarquement dans l’arche n’étaient pas nécessairement de la même taille et du même poids que ceux d’aujourd’hui, même s’ils avaient le même code génétique. On a retrouvé des squelettes d’éléphants nains de 60 cm au garrot en Sicile, des mammouths nains de 1 mètre 80 dans l’île de Wrangel en Sibérie, des cerfs nains de 40 cm en Corse et en Crète et il existait encore récemment dans l’Ouest africain des hippopotames pygmées. Quant à nourrir tout ce monde l’hibernation à pu considérablement diminuer la quantité d’aliments nécessaire à cela.

 

(4)

 

Sans pluie pas de perturbations météorologiques, pas de phénomènes orageux ni de vents violents. Le climat d’avant le Déluge devait être calme et serein.

 

(5)

 

Ainsi l’on vit naître la fermentation spontanée qui transforma le jus de raisin en vin ce dont Noé lui-même fut victime. Ce changement de climat amena aussi un changement de régime alimentaire puisque, au pied de l’Arche, le Créateur autorisa Noé et sa famille à se nourrir de viande animale.

 

(6)

 

Le Créateur à promis que la terre actuelle ne serait plus submergée par un déluge d’eau mais il a réservé pour le feu les hommes rebelles et impies.

 

(7)

 

Le déluge de feu est annoncé par Esaïe, Sophonie et Pierre.

 

Les termes utilisés (hommes, bêtes, oiseaux, poissons, chair, sang, éléments embrasés,..) permettent de soutenir qu'il ne s'agit pas de symboles et que, comme pour le déluge d'eau, la destruction sera effective et totale.

 

Es 51:6 " Levez les yeux vers le ciel, et regardez en bas sur la terre! Car les cieux s'évanouiront comme une fumée (disparaîtront sans laisser de trace comme les volutes d'une fumée qui se dissipe), La terre tombera en lambeaux comme un vêtement (le vêtement de la terre c'est son écorce), Et ses habitants (bêtes et gens) périront comme des mouches;.."

 

So 1:2-3,17-18 " Je détruirai tout sur la face (la surface) de la terre, Dit l'Eternel. Je détruirai les hommes et les bêtes, Les oiseaux du ciel et les poissons de la mer (qui furent épargnés au déluge d'eau), Les objets de scandale, et les méchants avec eux; J'exterminerai (tuerai jusqu'au dernier) les hommes de la face de la terre, Dit l'Eternel.. Je mettrai les hommes dans la détresse,.. Je répandrai leur sang comme de la poussière, Et leur chair comme de l'ordure. Ni leur argent ni leur or ne pourront les délivrer. Au jour (le Grand jour) de la fureur de l'Eternel; Par le feu de sa jalousie tout le pays (de l'hébreu " arets " qui a le sens de terre lorsque, comme ici, il n'est pas suivi d'un nom propre) sera consumé; Car il détruira soudain (sans prévenir) tous les habitants du pays (de la terre)."

 

2Pi 3:7,10-13 ".. les cieux et la terre d'à présent sont gardés et réservés pour le feu, pour le jour du jugement et la ruine (la destruction totale) des hommes impies.. Le jour du Seigneur viendra comme un voleur (sans prévenir); en ce jour, les cieux passeront (disparaîtront) avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront (fondront sous l'effet de la chaleur), et la terre avec les oeuvres qu'elle renferme (industrielles, artistiques, intellectuelles) sera consumée (réduite en cendres). Puisque tout cela est en voie de dissolution (destiné à disparaître),.. Attendez et hâtez l'avènement du jour de Dieu, jour à cause duquel les cieux enflammés se dissoudront et les éléments embrasés se fondront! Mais nous (les vrais disciples) attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre, où la justice habitera (7)."

 

La description du cataclysme qui aboutira à la disparition momen­tanée de toute vie terrestre rend ridicule la prétention de certains à vouloir survivre.

 

En générant une phénoménale chaleur, le déluge de feu va créer le processus inverse de celui du déluge d’eau, la vaporisation des mers (puisque cette fois-ci les poissons périront) reconstituera l'écran d'eau (la voûte) entre la terre et le soleil.

 

Il est possible, parmi d'autres hypothèses (car les voies du Seigneur sont impénétrables), d'envisager que le déluge de feu soit provoqué par une accélération de la vitesse de rotation de la terre qui allégerait les plaques tectoniques provoquant un volcanisme généralisé car 95% des volcans se trouve sur le pourtour des plaques.

(8)

 

Le peuple qui naîtra en un jour n’est pas, comme il le prétend, l’actuel Israël établi en Palestine, car le nom « Israël » a change de peuple.

 

Mt 21:43 ".. le royaume de Dieu vous sera enlevé, et sera donné à une nation qui en rendra les fruits."

 

Pour plus d’informations consulter la fiche :  ISRAEL : L’ EGLISE DE DIEU

 

(9)

 

 Le livre de Fernand Navarra : J’ AI RETROUVE L’ ARCHE DE NOE  à été récemment réédité.

 

 

 

> Copiez / coller pour envoyer cette page

> Retourner a la liste 

> Imprimer cette page